Et si les palmiers parlaient

Et si les palmiers parlaient (titre)

Deux grands palmiers

Postés dans un hall d’accueil,

Arborent leur verdure

En toute sa splendeur,

Débordant d’orgueil.

Ils étalent chaque feuille,

Avec erté pour dévoiler

Sa singularité.

Puis, les passants paraissent

Ex abrupto

Cherchant les escaliers

Qui s’ouvrent sur le métro.

Sans réfléchir, ils les dévalent

Et puis continuent leur chemin;

Certains somnolants

D’autres plus conscients.

Toujours stressés et pressés,

Les yeux tuméfiés,

Ils ont dans leur regard brouillé

Une infinité d’aridité.

Ces pauvres indigents

N’ont jamais de temps

De jouir d’un bon moment

Pour contempler la beauté

De ces majestueux palmiers.

© B.S.O. (auteur)

Publié dans L’Organe – Magazine francophone de Concordia. Automne 2016.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: